nos conseils


ai-je le temps ?

Avoir des poules ne demande pas beaucoup de temps mais une présence régulière.

Le matin il faut leur accorder 5 minutes pour s'assurer que la nuit s'est bien passée, que les poules ont toujours de l'eau et de la nourriture. Selon votre jardin, vous pouvez également leur ouvrir pour leur permettre de gambader dans le jardin. 

Le soir, c'est la même chose ! 

Ces routines sont importantes pour les poules qui sont réglées selon le soleil.

Tout au long de l'année, il faudra donc moduler vos heures de visite au poulailler.


ai-je la place ?

 

Il vous faudra compter pour le poulailler environ 1,5m² par poule et pour leur zone de de vie (clos ou non) au minimum 5m² par poule.

Avec moins de place vos pondeuses seront stressées, ce qui, en plus d'être une cause potentielle d'agressivité entre elles, risque de limiter leur ponte.


quand les acheter ?

La réponse est : N'importe quand !

Cependant, les poules pondent moins entre décembre et février en raison de la luminosité faible, c'est pour cette raison que la saison la plus propice pour acheter des poules est le printemps, au retour des beaux jours.

 

 


le "déballage"

Lors de l'achat de vos poules, il est préférable de déposer le carton ouvert dans le nouveau poulailler et laisser les poules sortir d'elles-même, de manière à ce qu'elles s'acclimatent à leur rythme dans leur nouvel environnement.

Si vous possédez déjà des poules, attendez la nuit tombée pour introduire les nouvelles arrivantes.

Lors des premières 24/48h, les poules risquent de se bagarrer afin d'établir une hiérarchie et le temps que les 2 lots aient la même odeur. En cas de bagarres trop violentes, séparez les 2 lots et réessayez plus tard, la nuit tombée. 

Pour que tout commence bien, le poulailler doit être prêt à l'arrivée des poules. Car sitôt déballées, les poules ont besoin d'un enclos, d'avoir à boire et à manger et un abri bien acclimaté. La poule est craintive de nature et requiert, sauf exception, une acclimatation de quatre à cinq jours.

La pondeuse est de plus sensible aux changements de température. Canicule ou grand froid, dans les deux cas elle arrêtera de pondre. L‘exposition du poulailler doit donc être abritée, dos au nord et fenêtre au sud, et les parois bien isolées.


l'alimentation

Une mangeoire de 10 litres en version siphoïde vous évitera la distribution quotidienne de grain et permettra d’alimenter deux poules pendant un mois. Même chose avec l’abreuvoir, une capacité de dix litres assurant dix jours d’indépendance durant l’été.

L’alimentation se doit d’être équilibrée. Il est conseillé de démarrer avec un aliment complet BIO pour pondeuse (disponible sur le site) afin de favoriser la transition à la ration normale.

Les restes de cuisine sont notamment utiles pour apporter une source de protéines particulièrement importante pour la production de l’oeuf.

Enfin, si vous disposez des coquilles d’huîtres, vous pouvez les concasser et incorporer le tout à leur alimentation afin d’apporter à vos pondeuses le calcium indispensable.


hygiène et santé

Les règles simples d’hygiène et de propreté de l’enclos ne sont pas à négliger car cela vous évitera des maladies.

Il est conseillé de nettoyer votre poulailler toutes les une à deux semaines. Changez la paille ou la sciure qui tapisse le sol puis nettoyez les lieux à l’aide de TERRE DE DIATOMÉE (pour enlever l’humidité et éviter la propagation des parasites) afin de l'assainir et de le désodoriser. Si vos poules sont dans un enclos, il faudra également le débarrasser des restes éventuels de nourriture. 

Il faut également vous assurer du respect de l'espace dédié nécessaire dans l'enclos par poule.

 

Voici les principales menaces susceptibles de toucher vos poules :

- La Coccidose, due à une mauvaise hygiène , à l'humidité ou au surpeuplement.

- Les Vers 

- Le Corysa, qui se traduit par des écoulements ou des éternuements.

- Le Picage, qui n'est pas une maladie mais une mauvaise habitude de certaines poules, consistant à arracher les plumes de leurs congénères. Il se produit notamment quand l’alimentation est pauvre en protéine, en cas de surpeuplement ou à cause du inoccupation. Les victimes sont surtout les jeunes, dont les plumes sont gorgées de sang. Il convient alors d’isoler au plus vite la poule victime et la traiter à l’aide d’un produit cicatrisant.


l'enclos

En fonction de l'environnement, des autres animaux de compagnie dans votre maison, vous pourriez avoir besoin de protéger vos poules.

Afin d’éviter que rats, renards ou chiens ne s’intéressent de trop près à elles, il est conseillé d’avoir une surface grillagée, si possible enterrée, ce qui les empêchera de se faufiler en dessous. Prévoyez également une hauteur minimum d’1m-1,20 m afin d’empêcher certaines poules de passer par dessus.
Une surface en herbe relativement importante. Comptez 5-10m² par poule (plus est toujours mieux), pour avoir toujours de l’herbe et leur offrir un espace suffisant. Vous pouvez aussi utiliser l’herbe de tonte pour leur alimentation.
Prévoyez un abri contre le soleil. Cela peut être le rôle du poulailler s’il est construit sur pilotis.

Certains choisissent de laisser leurs poules en liberté. Si cela présente l’avantage de rendre leur jardin plus vivant, attention cependant à vos plantations qui risquent d’en pâtir dès lors qu’une poule aura l’idée d’y goûter ! Et assurez vous également que vous n’êtes pas sujet aux risques de prédateurs.


le poulailler

Les poules craignant la chaleur, l’humidité et les courants d’air, il est conseillé de surélever votre poulailler., ce qui offrira en plus une zone d’ombre pendant l’été.
Bois, parpaings ou pierre restent les meilleurs matériaux pour l’isolation. 

Pour la toiture, préférez des tuiles à la tôle, afin d’éviter des écarts thermiques trop importants.
Voici quelques chiffes pour prévoir la construction de votre poulailler :
Perchoir pour la nuit : espacement de 25 cm par poule.
Pondoir : 1 pour 5 poules